Carnet de route

Quand les spéléos veulent faire carrière… à Mayet.

Sortie :  Petite sortie à Mayet l'après-midi? du 15/12/2019

Le 22/12/2019 par Bonne Julien

Dimanche 15 décembre. Rendez-vous à 13h30 sur la place de l’hôtel de ville. À Mayet tout est calme, les rues sont désertes et silencieuses. Le ciel gris plane lourdement sur la ville, et menace de déverser sur elle des trombes d’eau froides et ruisselantes. Un temps de spéléo comme je m’en souviens.

            Sur le parking attendent déjà quatre visiteurs. Au premier coup d’oeil on devine que ce ne sont pas des habitués du coin. Un volet fermé par une ombre claque pour accueillir notre arrivée en trombe. Une boule de foin roule et traverse la place, dominée par un homme seul et aguerri: Daniel… Vous êtes prêts pour un western chauve-souris ? Alors c’est parti !

 

Une fois tous arrivés au lieu de rendez-vous, nous nous dirigeons vers la carrière sur nos montures à quatre roues qui filent à brides abattues.

            Sur place, tout le monde s’équipe : cottes, gants, casques avec éclairage et piles de rechange… juste au cas où. Et n’oublions pas les bottes ! Avec leurs éperons rutilants. Si, si, le spéléo porte des bottes en caoutchouc avec des éperons. C’est plus pratique pour accrocher le rocher et botter les fesses de celui qui n’avance pas devant…

            Mais je m’égare là, reprenons : Le groupe de mercenaires avance dans l’antre sombre, prêts à en découdre avec les ténèbres. La température est douce, l’humidité, à peine perceptible. Déjà quelques galeries sont traversées et nous croisons les petits habitants du coin : Petits et grands rhinolophes, murins endormis… C’est le temps du grand sommeil pour ces mammifères qui attendent désormais le prochain printemps pour se réveiller et chercher leur gîte d’été. En état de léthargie, il ne faut pas les réveiller, au risque de les affaiblir. Pas un bruit donc, et la lumière se fait rapide et furtive pour arriver à les prendre en photo, ne pas les réveiller. Elles dorment d’un long et paisible sommeil. Nous voyons de belles galeries, une grande salle avec un haut pilier, quelques bougies et un peu de lumière nous offrent l’occasion de faire de belles photos. Dans les entrailles de la terre, on devine ici l’agitation qui a pu animer un tel endroit autrefois, avec les hommes qui taillent la pierre, dessinent parfois un bout de leur histoire sur les murs avec un nom gravé, une esquisse tracée. Les machines qui emplissaient l’air de leur bruit et de leur chaleur, les champignons qui grandissaient et dont il ne reste plus désormais, qu’un fin mycélium se transformant en sculpture évanescente et fragile.

            C’est le lieu de toutes les curiosités, un lieu où le temps s’est arrêté, un lieu où l’on entrevoit les limbes du passé. Mais mine de rien, on a aussi pu fêter un bel anniversaire pour le relier au présent. Ici la lumière des bougies est plus belle qu’ailleurs, parce qu’elle écarte une obscurité qui ne l’accueille que très rarement. Elle est alors douce et chaleureuse pour partager gâteau au chocolat, thé et café, morceaux de chocolat… Non, non, on ne vient pas en spéléo pour la nourriture non… on y vient pour la convivialité !     ;-)

            Merci à tous, c’était un bon moment de partage !

 

                        Stéphanie Cré







CLUB ALPIN FRANCAIS LE MANS
POLE ASSOCIATIF COLUCHE
ALLEE CLAUDE DEBUSSY
72100  LE MANS
Activités du club
Agenda